•  

    I'm coming back in early March.

     

    GOODBYE SEE YOU SOON ! 

     


    16 commentaires
  •  

    " LE MOSE DE VENISE "

     

    Au début du projet, c'était MOÏSE et le parallèle avec "Moïse sauvé des eaux" était assez sympa, mais voilà c'est le MOSE ( MOdulo Sperimentale Elettromeccanico : C'est presque du français )

    VENISE SAUVEE DES EAUX

     

     

    VENISE SAUVEE DES EAUX  Entrée Lido & Venise

     

    VENISE SAUVEE DES EAUX  Entrée Malamocco

     

    VENISE SAUVEE DES EAUX  Entrée Chioggia (il n'y a pas que Venise de magnifique dans cette lagune)

     

    VENISE SAUVEE DES EAUX  Petit barrage du canal de Chioggia

     

    L'immense Lagune de VENISE laisse passer la marée par quatre "Passes" (Porto en Italien) et, lors des grandes marées l'eau inonde Venise sur une petite surface (10 cm devant le palais de Doges) et en cas de tempête de Est-Sud-Est et une très grande marée, donnée à 1m 90 officielle (il peut y avoir 90cm d'eau sur la place St Marc), là c'est une grande partie qui est inondée.
    La Sérénissimes qui est entièrement construite sur des millions de pieux en bois (mélèze ou chêne) enfoncés dans la lagune et ils ne sont pas jeunes.

    La Ville était en grand danger !

    Cà fait 50 ans que le chantier est lancé et je ne vous parlerai pas des disparitions de fonds.

    Comment çà fonctionne ?

    VENISE SAUVEE DES EAUX

    VENISE SAUVEE DES EAUX

    Les clapets des barrages sont pleins d'eau et donc ils sont coulés !

    Lors des alertes, de gros compresseurs injectent de l'air comprimé qui chasse l'eau, ainsi les clapets qui, désormais flottent, se relève au dessus du niveau maxi de l'eau pendant la marée et empêche l'eau de rentrer dans la Lagune !.................Il suffira de lâcher la pression et de refouler l'eau vers l'extérieur, et les clapet couleront au fond de l'eau.

    Enfin, il semblerait qu'ils fonctionnent bien.

     

    Comme tout ouvrage mécanique sous l'eau salée, il se détériora très rapidement et l'entretien sera très couteux !


    8 commentaires
  •  

    Mais pourquoi ce pont a-t-il la forme d’un rond-point sur l’eau ?

    IDIOT NON ?

     

     

     

    En Uruguay, un architecte a imaginé un pont alternatif qui ne file pas droit, mais trace un cercle. Son utilité est purement touristique et esthétique ! Découverte.

     

    Dépaysement ? Imaginez, en vacances, vous vous baladez au volant de votre voiture de location, et contemplez les eaux turquoises du Garzon Lagoon, qui défile devant votre fenêtre rapidement, trop rapidement !

     

    Pour pallier à ce problème, l’architecte Rafael Viñoly (né en Uruguay mais résidant désormais à New York) a eu une riche idée, à la fois insolite et ingénieuse, construire un pont rond, à deux voies, qui permet aux voitures de profiter plus longuement du paysage (et prendre des photos, par exemple). C'est rare !......Non ?   

    IDIOT NON ?

     

    Le concept était de transformer un passage de véhicules traditionnels en un espace qui réduit naturellement la vitesse des voitures, afin de donner la possibilité aux occupants des véhicules de profiter d’une vue panoramique à 360% sur un joli paysage, explique l’architecte Rafael Viñoly au site Wallpaper. Aux deux extrémités de ce pont aux allures de rond-point sur l’eau, des espaces ont été aménagés pour permettre aux touristes de se garer et de profiter de la plage.

     

    Seul bémol qui laissera peut-être certains conducteurs sur leur faim, il est impossible de faire plusieurs fois le tour de ce pont atypique (par pur plaisir), il n'y qu'une voie sur le cercle et au départ un muret de béton infranchissable ! (Probablement pour éviter embouteillages et les accidents)

    IDIOT NON ?

     

     

     


    8 commentaires
  • DEMAIN MATIN , JE REPARS POUR LA REMARTINIERE !

    Pour ceux qui recherche encore sur le Net ce lieu (la Rémartinière), çà n'existe pas !..........C'est le nom de notre petite maison que nous avons rénovée avec notre cœur (et un peu de fric) et que nous avons baptisée : REM (début de Rémy)MARTIN (début de Martine) et " IÈRE " comme la fin de 90% des hameaux de Vendée !

    JE REPARS POUR LA VENDEE !

    JE REPARS POUR LA VENDEE !

    JE REPARS POUR LA VENDEE !


    19 commentaires
  •  

    LA TOUNGOUSKA

    ASTEROÏDE

     

    Le 30 juin 1908, un évènement violent survenait dans la région de Toungouska, en Sibérie, équivalent selon les estimations ultérieures à l'explosion de 10 à 15 mégatonnes de TNT (une bombe H quoi ), dont l'onde de choc était ressentie jusqu'aux Etats-Unis. Mais l'isolement des lieux rendait l'endroit difficile d'accès, et lorsque la première équipe y parvint en 1927, les scientifiques furent stupéfaits de n'apercevoir ni cratère d'impact, ni débris, mais seulement une forêt de pins dont la plupart des troncs gisaient au sol, couchés.

    ASTEROÏDE  

    Le Lac Cheko, très proche de l'épicentre du "phénomène" 

    ASTEROÏDE  Détermination du cratère au fond du lac au sonar                                                                                                   Photo-gravure d'artiste en couleur  

     

    Nous sommes le 30 juin 1908, à 7 heures 14, en Sibérie centrale :

     

    "Semen Semenov, un agriculteur de la région, voit brusquement le ciel se fendre en deux, puis se couvrir de feu très haut au-dessus de la forêt. Une forte chaleur a soufflé sur nous…....Puis le ciel s'est comme refermé, et un gros bruit sourd a retenti, et j'ai été projeté à quelques mètres…..Après cela, il y eut un bruit, comme si des canons tiraient, et la terre s'est mise à trembler." [SIC] 

     

    ASTEROÏDE

      Premières photos réalisées en 1927 de l'évènement de la Toungouska.

    L' événement de Toungouska, la plus grosse collision entre un corps céleste et la Terre qu'ait connu l'humanité. S. Semenov a ressenti les effets de cette formidable déflagration alors qu'il s'en trouvait éloigné de 63 kilomètres, dans la ville de Vanovara. Mais beaucoup plus loin, en Europe du Nord et en Asie centrale, le ciel s'est paré de gros nuages argentés, les couchers de soleil se sont faits brillants et colorés, à minuit, les Londoniens pouvaient lire leur journal sans éclairage. Les stations de géophysique ont situé la source des ondes sismiques et de l'onde de choc enregistrées dans une région reculée de la Sibérie. L'épicentre était situé à proximité de la rivière Podkamennaya Tunguska (la Toungouska pierreuse), dans une zone inhabitée et marécageuse de taïga, gelée huit à neuf mois par an.

     

    Cet évènement est enregistré, sous forme de séisme de magnitude 4,5 à 5, à 7 h 17 min 11 s, à l'observatoire magnétique d'Irkoutsk, à 1 000 km de là. La puissance est estimée à environ 10 à 15 mégatonnes équivalent en TNT, soit environ 1 000 fois celle de la bombe qui détruisit Hiroshima. Lors de l'événement, 2 000 kilomètres carrés de forêt sont balayés, 60 millions d'arbres abattus. Une seule victime est enregistrée. Le souffle fait des dégâts sur plus de 100 km et la déflagration est audible dans un rayon de 1 500 km. De nombreux incendies se déclenchent, brûlant des zones forestières pendant plusieurs semaines.

     

    Un vortex de poussières et de cendres se forme et est entraîné jusqu'en Espagne par la circulation atmosphérique, créant des halos dans la haute atmosphère, qui s'étendent sur tout le continent. On peut observer des couchers de soleil très colorés et une luminosité exceptionnelle en pleine nuit est constatée pendant plusieurs jours en Europe, à tel point qu'on pouvait dans le Caucase lire le journal la nuit. Les scientifiques pensent alors à l'éruption d'un volcan, comme le Krakatoa en 1883, qui avait injecté d'énormes quantités de poussières dans l'atmosphère et, de ce fait, avait engendré des phénomènes lumineux semblables. L'onde de choc fut enregistrée en Europe occidentale et aux États-Unis.

     

    Aujourd'hui, et malgré une profusion d'hypothèses quelquefois scientifiques, souvent fantaisistes, aucune solution définitive ne semble s'être dégagée pour expliquer cette énigme. Mais cela pourrait changer avec la récente visite sur les lieux d'une équipe de chercheurs italiens, conduite par Giuseppe Longo, de l'université de Bologne.

     

    Pourtant, le but des scientifiques n'était pas de rechercher des traces d'impact, mais d'analyser les sédiments reposant au fond du lac Cheko, situé à 6 kilomètres de l'épicentre, et susceptibles de contenir des traces de l'objet - météorite, petit astéroïde ou comète - à l'origine de l'évènement et d'aider à son identification. Ce lac avait par ailleurs déjà été visité à plusieurs reprises dans les années 1960, les chercheurs ayant alors conclu qu'il ne présentait pas les caractéristiques d'un cratère d'impact. Cependant, déclare aujourd'huiLongo, leurs moyens technologiques étaient limités, et l'évolution des sonars et de l'informatique mobile permet aujourd'hui des conclusions très différentes.

     

    Les scientifiques pensent qu'il pourrait s'agir d'une région où la terre a été rendue compacte suite au choc, ou même de la météorite elle-même. Dans ce cas, celle-ci pourrait, selon les analyses des indices enregistrés, mesurer dix mètres de diamètre pour une masse de 1700 tonnes.

     

    L'équipe de Longo projette de retourner sur les lieux prochainement et peut-être ainsi résoudre une énigme tenace. Si l'hypothèse se confirme, l'atypicité de cette chute de météorite ou d'un corps similaire, compte tenu de l'apparente faible vitesse de sa chute, pourrait faire envisager une nouvelle catégorie d'accidents cosmiques et faire progresser les méthodes de détection dans la perspective d'une meilleure protection de notre planète. 

    ASTEROÏDE    


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique