•  

    Mais pourquoi ce pont a-t-il la forme d’un rond-point sur l’eau ?

    IDIOT NON ?

     

     

     

    En Uruguay, un architecte a imaginé un pont alternatif qui ne file pas droit, mais trace un cercle. Son utilité est purement touristique et esthétique ! Découverte.

     

    Dépaysement ? Imaginez, en vacances, vous vous baladez au volant de votre voiture de location, et contemplez les eaux turquoises du Garzon Lagoon, qui défile devant votre fenêtre rapidement, trop rapidement !

     

    Pour pallier à ce problème, l’architecte Rafael Viñoly (né en Uruguay mais résidant désormais à New York) a eu une riche idée, à la fois insolite et ingénieuse, construire un pont rond, à deux voies, qui permet aux voitures de profiter plus longuement du paysage (et prendre des photos, par exemple). C'est rare !......Non ?   

    IDIOT NON ?

     

    Le concept était de transformer un passage de véhicules traditionnels en un espace qui réduit naturellement la vitesse des voitures, afin de donner la possibilité aux occupants des véhicules de profiter d’une vue panoramique à 360% sur un joli paysage, explique l’architecte Rafael Viñoly au site Wallpaper. Aux deux extrémités de ce pont aux allures de rond-point sur l’eau, des espaces ont été aménagés pour permettre aux touristes de se garer et de profiter de la plage.

     

    Seul bémol qui laissera peut-être certains conducteurs sur leur faim, il est impossible de faire plusieurs fois le tour de ce pont atypique (par pur plaisir), il n'y qu'une voie sur le cercle et au départ un muret de béton infranchissable ! (Probablement pour éviter embouteillages et les accidents)

    IDIOT NON ?

     

     

     


    8 commentaires
  • DEMAIN MATIN , JE REPARS POUR LA REMARTINIERE !

    Pour ceux qui recherche encore sur le Net ce lieu (la Rémartinière), çà n'existe pas !..........C'est le nom de notre petite maison que nous avons rénovée avec notre cœur (et un peu de fric) et que nous avons baptisée : REM (début de Rémy)MARTIN (début de Martine) et " IÈRE " comme la fin de 90% des hameaux de Vendée !

    JE REPARS POUR LA VENDEE !

    JE REPARS POUR LA VENDEE !

    JE REPARS POUR LA VENDEE !


    19 commentaires
  •  

    LA TOUNGOUSKA

    ASTEROÏDE

     

    Le 30 juin 1908, un évènement violent survenait dans la région de Toungouska, en Sibérie, équivalent selon les estimations ultérieures à l'explosion de 10 à 15 mégatonnes de TNT (une bombe H quoi ), dont l'onde de choc était ressentie jusqu'aux Etats-Unis. Mais l'isolement des lieux rendait l'endroit difficile d'accès, et lorsque la première équipe y parvint en 1927, les scientifiques furent stupéfaits de n'apercevoir ni cratère d'impact, ni débris, mais seulement une forêt de pins dont la plupart des troncs gisaient au sol, couchés.

    ASTEROÏDE  

    Le Lac Cheko, très proche de l'épicentre du "phénomène" 

    ASTEROÏDE  Détermination du cratère au fond du lac au sonar                                                                                                   Photo-gravure d'artiste en couleur  

     

    Nous sommes le 30 juin 1908, à 7 heures 14, en Sibérie centrale :

     

    "Semen Semenov, un agriculteur de la région, voit brusquement le ciel se fendre en deux, puis se couvrir de feu très haut au-dessus de la forêt. Une forte chaleur a soufflé sur nous…....Puis le ciel s'est comme refermé, et un gros bruit sourd a retenti, et j'ai été projeté à quelques mètres…..Après cela, il y eut un bruit, comme si des canons tiraient, et la terre s'est mise à trembler." [SIC] 

     

    ASTEROÏDE

      Premières photos réalisées en 1927 de l'évènement de la Toungouska.

    L' événement de Toungouska, la plus grosse collision entre un corps céleste et la Terre qu'ait connu l'humanité. S. Semenov a ressenti les effets de cette formidable déflagration alors qu'il s'en trouvait éloigné de 63 kilomètres, dans la ville de Vanovara. Mais beaucoup plus loin, en Europe du Nord et en Asie centrale, le ciel s'est paré de gros nuages argentés, les couchers de soleil se sont faits brillants et colorés, à minuit, les Londoniens pouvaient lire leur journal sans éclairage. Les stations de géophysique ont situé la source des ondes sismiques et de l'onde de choc enregistrées dans une région reculée de la Sibérie. L'épicentre était situé à proximité de la rivière Podkamennaya Tunguska (la Toungouska pierreuse), dans une zone inhabitée et marécageuse de taïga, gelée huit à neuf mois par an.

     

    Cet évènement est enregistré, sous forme de séisme de magnitude 4,5 à 5, à 7 h 17 min 11 s, à l'observatoire magnétique d'Irkoutsk, à 1 000 km de là. La puissance est estimée à environ 10 à 15 mégatonnes équivalent en TNT, soit environ 1 000 fois celle de la bombe qui détruisit Hiroshima. Lors de l'événement, 2 000 kilomètres carrés de forêt sont balayés, 60 millions d'arbres abattus. Une seule victime est enregistrée. Le souffle fait des dégâts sur plus de 100 km et la déflagration est audible dans un rayon de 1 500 km. De nombreux incendies se déclenchent, brûlant des zones forestières pendant plusieurs semaines.

     

    Un vortex de poussières et de cendres se forme et est entraîné jusqu'en Espagne par la circulation atmosphérique, créant des halos dans la haute atmosphère, qui s'étendent sur tout le continent. On peut observer des couchers de soleil très colorés et une luminosité exceptionnelle en pleine nuit est constatée pendant plusieurs jours en Europe, à tel point qu'on pouvait dans le Caucase lire le journal la nuit. Les scientifiques pensent alors à l'éruption d'un volcan, comme le Krakatoa en 1883, qui avait injecté d'énormes quantités de poussières dans l'atmosphère et, de ce fait, avait engendré des phénomènes lumineux semblables. L'onde de choc fut enregistrée en Europe occidentale et aux États-Unis.

     

    Aujourd'hui, et malgré une profusion d'hypothèses quelquefois scientifiques, souvent fantaisistes, aucune solution définitive ne semble s'être dégagée pour expliquer cette énigme. Mais cela pourrait changer avec la récente visite sur les lieux d'une équipe de chercheurs italiens, conduite par Giuseppe Longo, de l'université de Bologne.

     

    Pourtant, le but des scientifiques n'était pas de rechercher des traces d'impact, mais d'analyser les sédiments reposant au fond du lac Cheko, situé à 6 kilomètres de l'épicentre, et susceptibles de contenir des traces de l'objet - météorite, petit astéroïde ou comète - à l'origine de l'évènement et d'aider à son identification. Ce lac avait par ailleurs déjà été visité à plusieurs reprises dans les années 1960, les chercheurs ayant alors conclu qu'il ne présentait pas les caractéristiques d'un cratère d'impact. Cependant, déclare aujourd'huiLongo, leurs moyens technologiques étaient limités, et l'évolution des sonars et de l'informatique mobile permet aujourd'hui des conclusions très différentes.

     

    Les scientifiques pensent qu'il pourrait s'agir d'une région où la terre a été rendue compacte suite au choc, ou même de la météorite elle-même. Dans ce cas, celle-ci pourrait, selon les analyses des indices enregistrés, mesurer dix mètres de diamètre pour une masse de 1700 tonnes.

     

    L'équipe de Longo projette de retourner sur les lieux prochainement et peut-être ainsi résoudre une énigme tenace. Si l'hypothèse se confirme, l'atypicité de cette chute de météorite ou d'un corps similaire, compte tenu de l'apparente faible vitesse de sa chute, pourrait faire envisager une nouvelle catégorie d'accidents cosmiques et faire progresser les méthodes de détection dans la perspective d'une meilleure protection de notre planète. 

    ASTEROÏDE    


    4 commentaires
  • Des malades du Covid-19 envoyés en province pour être soignés. Des soignants qui crient à la pénurie de lits depuis des jours et, un hôpital vide. En plein Paris. L' ancien hôpital des Armées, le Val-de-Grâce dans le 5e. Celui-là même où le Président Jacques Chirac avait été hospitalisé en 2005 après son accident cardiovasculaire. C'était aussi l'hôpital d'accueil des étrangers invités, c'est à dire qui ne paient pas ( Yasser ARAFAT, Abdelaziz BOUTEFLIKA, Malam BACAI SANHA et même François MARCANTONI ).............(Des connaisseurs ont vu passé Laura SMET ) 

    PAS DE PLACE !......HEIN ?   

    Ce n'est pas triste de voir çà ? La France le pays des palais ministériels ! 

    Ce paradoxe, bon nombre de personnes l'ont souligné en début d'année. Et en Avril dernier, la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo ainsi que l'urgentiste très médiatique Patrick Pelloux se sont eux-mêmes étonnés que le Val-de-Grâce, à l'abandon, ne soit pas réquisitionné (Nous sommes en Guerre, disait notre Président).

    PAS DE PLACE !......HEIN ? Beaucoup de citadins provinciaux rêveraient d'avoir un CHU de cet état !  

     

    Il faudrait ouvrir immédiatement au moins 500 lits de réanimation et soins continus,  soit en rouvrant l'hôpital des armées du Val de Grace, soit l'Hôtel Dieu de Paris, avec MSF ou MDM (qui pourraient privilégier la France et l'Europe pour cette tâche) afin d'avoir trois jours d'avance sur le virus en Ile de France .

     

    C'est urgent :  A Anne HIDALGO et Emmanuel MACRON de la part de Patrick Pelloux en début April 2020

     

    Dès le début de la crise sanitaire, la maire (DVD) du 5e Florence BERTHOUT avait suggéré l'idée. Elle a réitéré par la suite sa proposition dans un courrier adressé au Premier ministre Edouard Philippe (resté à ce jour sans réponse). 

     

    " Sans retour à ce stade sur ma demande d’étudier la réouverture de l’ancien hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce, j’ai souhaité saisir le Premier ministre Edouard PHILIPPE, pour que cet équipement puisse participer à l’effort national de lutte contre le COVID-19 "

     

     [Florence Berthout 1er April 2020]

     

    Le site appartenaient au ministère de la Défense qui, en 2014, a décidé de vendre ce patrimoine pour renflouer ses caisses (merci Monsieur MACRON).

    PAS DE PLACE !......HEIN ?

    C'est donc à l'ARS (Agence Régionale de la Santé) de décider de la réouverture de cet établissement niché sur site de près de 3 hectares. Aujourd'hui, pourtant, il n'en est pas question.

     

    Le rouvrir plus tard pour des soins de suite ?

     

    « La priorité du moment dans la gestion de crise c'est l'ouverture de lits de réanimation. C'est-à-dire des respirateurs, des médicaments et du personnel. La place, nous n'en manquons pas : Nous disposons de lieux encore disponibles dans des cliniques privées », répond-on à l'ARS...............OUPS !

    PAS DE PLACE !......HEIN ?

    L'autorité sanitaire ne s'interdit cependant pas d'utiliser l'ancien hôpital des Armées où même l'Hôtel-Dieu (4e), actuellement en pleine transformation, d'ici quelques semaines.

    "Nous sommes dans une situation telle qu'il y a encore beaucoup d'inconnues. Nous aurons peut-être besoin plus tard de ces établissements pour y accueillir par exemple des unités de soins de suite pour les malades du Covid-19" (Ndlr ou les cérémonies des morts, comme aux Invalides), explique l'ARS............OUPS !

    Ndlr : Ceux qui connaissent bien l'ARS qui brille de tous les feux de ces "ronds de cuir", savent ce que j'en pense.

    NDLR : N'en voulez pas trop aux professionnels de santé, toute décision et tout ordre viennent de notre Président Roi

     

    SERIONS-NOUS LE PLUS FONCTIONNARISE DES PAYS JACOBINS DU MONDE ?

     

    Avec l'aide de Marie-Anne Gairaud   [Le Parisien]....Le 6 avril 2020 à 16h15, modifié le 6 avril 2020 à 17h33 et aujourd'hui 05 janvier 2021, par moi


    8 commentaires
  •  Le vaccin de Pfizer, qui serait efficace à 90 % pour prévenir la Covid-19, est un vaccin à ARN (le premier arrivé), une technologie dont les bases ont été posées il y a une vingtaine d'années. Ces vaccins, sans aucun agent infectieux, sont apparus avec le développement du génie génétique et de la biologie moléculaire. Ils se basent sur l'injection d'une "protéine", d'une "toxine" ou d'une "particule pseudo-virale" créée de toute pièce.

    Le vaccin de Pfizer contre la Covid-19 utilise une version très récente des vaccins sans agent infectieux, les vaccins à ARN messager. Les caractéristiques immunogènes des ARN n'ont été découverts que dans les années 90.

    LE VACCIN !   LE VACCIN !   LE VACCIN !   LE VACCIN !

    Il a été démontré que les vaccins à ARN messager stimulent aussi bien la réponse immunitaire cellulaire (lymphocytes T ; CD4+ et CD8+), que la réponse immunitaire humorale (activation des lymphocytes B et production d'anticorps spécifiques de l'antigène).

    C'est bien la molécule d'ARN elle-même qui active ces mécanismes et non l'antigène protéique traduit.

    LE VACCIN !   LE VACCIN !   LE VACCIN !   LE VACCIN ! 

    Les vaccins à ARN messager sont donc capables d'activer les deux volets de la réponse immunitaire assez intensément pour se passer d'Adjuvant (souvent responsables des gênants "effets secondaires").

    Les ARN nous ont démontré leur capacité immunogène, mais pour améliorer leur stabilité, les chercheurs les encapsulent dans des bulles lipidiques, des liposomes, dans lesquelles l'ARN est stabilisé par des polymères cationiques (l'ARN étant chargé - ). Cela permet de les protéger des ribonucléases présentes dans les tissus et le sang, et d'améliorer leur pénétration dans les cellules.

    Si les vaccins à ARN messager sont beaucoup étudiés, c'est qu'ils possèdent des avantages non négligeables. Premièrement, leur production à grande échelle et à faible coût ne pose pas de problème avec la technologie actuelle. Chaque dose vaccinale est extrêmement pure et ne contient que l'ARN d'intérêt encapsulé dans sa bulle lipidique et rien d'autre.

    Ils sont donc sûrs.

    Comme écrit plus haut, les adjuvants ne sont pas nécessaires pour obtenir une réponse satisfaisante, une simple capsule lipidique potentialise les propriétés immunogènes des ARN.

    Comme il n'y a pas assez de recule, nous devrons attendre pour savoir si la protection est pérenne (toute la vie) ou s'il nous protège que quelques mois (environ 6) ou quelques années (à voir). Nous devrions faire des rappels comme beaucoup de vaccins que nous avons déjà.

    C'EST, A PROPREMENT PARLER LE SEUL VRAI RISQUE ; ÊTRE DECU DE LA DUREE DE PROTECTION !

     

    MAIS SI NOUS ATTEIGNONS RAPIDEMENT L'IMMUNITE COLLECTIVES (Entre 60 et 70% de malades immunisés + des vaccinés) NOUS POURRIONS COMPTER SUR L'EXTINCTION DE l'EPIDEMIE

    (C'est à dire, jeter les masques et embrasser nous chéris !)

     

    Les ARNm ont une demie-vie très faible et sont facilement dégradés. Ils n'interagissent pas avec le génome, leur prise en charge par la machinerie cellulaire a exclusivement lieu dans le cytoplasme.

     

    En lisant les magazines scientifiques sur le sujet, il semble que les vaccins à ARN Messager soient porteurs de beaucoup d'espoirs pour soigner des maladies infectieuses pour lesquelles il n'existe encore pas de vaccin. En plus, il est aussi efficace sur beaucoup de cancers induits, comme nous le découvrons actuellement.

    Le vaccin de Pfizer, qui vient d'obtenir toutes les autorisations nécessaires à sa commercialisation, est le premier (sur une douzaine) à être destiné à une utilisation humaine.

     

    LE VACCIN !   LE VACCIN !   LE VACCIN !   LE VACCIN !

    ALORS, COURRONS NOUS FAIRE VACCINER.

     

    LE VACCIN !   LE VACCIN !   LE VACCIN !   LE VACCIN ! 

     

    Nota : Si vous me posez des questions, je répondrais en toute sincérité !


    8 commentaires